...

    Salutations aux yeux plissés.

    hé hé.

    Tu devras d'abord apprendre que c'est p-e un malentendu qui te fait parler de déconvenue. Bien au contraire, j'ai fait ce que j'ai fait car je suis épris de liberté.

    Regarde: c'est le soleil, peut-être. Et souris avec moi, je n'ai pas quitté du coeur cette envie d'errer sous les arbres en méditant. Vois qui retentissent: ce sont les cercles de plomb des cloches du village qui se promènent à l'azur vierge du jour. Amour, j'en ai mille et néant, ô bonheur des recommencements. Printemps: je hais l'odeur de l'herbe décapitée -parfum nauséabond d'un meurtre végétal- Printemps: je m'enivre du vert tendre qui pululle à l'hystérie dans les grands champs -cette odeur, c'est le sexe des fleurs. Attends encore un peu. Et plonge enfin sous la peau bleutée des eaux, sous la caresse argentée d'un rêve de Britannie. Souris, c'est l'amour m'entends-tu? c'est l'amour au bonheur de nos vertus. Qui riment en sapience, en accords de couleurs, en langueurs de bonheurs.

    A chaque seconde une extase, et dans la sublime animalité de mes après-midis sous les saules, je te dédie cette carte postale depuis les confins de mon imaginaire, et t'envoie plus encore que mes amitiés.

    A toi, le Chien.

    Infiniment
    Renard

    Renard 20 avril 2007 09:57 Lair
  • ...

    Elle passe, renifle, sourit, s'en va.

    La Louve 27 avril 2007 20:32 Lair

Aboyer